SECTEURS

This post is also available in: ES (ES) EN (EN)

Dans ce domaine, nous travaillons sur les différentes phases du cycle de la justice, en commençant par l’élaboration de la législation et des Politiques Publiques, en poursuivant avec la formation aux droits, la prévention de la criminalité, l’accompagnement dans l’accès à la justice, en soutenant la gestion des tribunaux et des mécanismes alternatifs et en terminant par le soutien à la réinsertion dans la société des personnes en conflit avec la loi, en particulier les jeunes.

Un premier domaine d’intervention est l’appui à la formulation, au suivi et à l’évaluation de la législation et des Politiques Publiques à différents niveaux pour renforcer la connaissance, l’accès et la protection des droits et libertés fondamentales, en accordant une attention particulière aux questions de genre et aux enfants.

Un deuxième domaine d’intervention est la phase initiale du cycle de la justice, durant laquelle il s’agit de faciliter la connaissance des droits de manière globale et précoce, ce que nous appelons la Citoyenneté Globale. Dans ce domaine, ideaborn contribue à situer les droits et libertés civils et politiques dans la pratique quotidienne par l’éducation civique, dans le but de faire de la citoyenneté une force motrice qui prépare les jeunes à contribuer activement à la vie économique, sociale et culturelle de leurs sociétés. Ideaborn apporte un soutien à long terme aux autorités éducatives et aux organisations de la société civile, en plaçant au centre du processus éducatif des valeurs fondamentales telles que l’égalité des droits pour tous les hommes et toutes les femmes, indépendamment de leur origine, de leur appartenance ethnique, de leur orientation sexuelle ou de leur religion.

La troisième phase renforce spécifiquement un défi plus important pour l’Etat de Droit, à savoir la prévention de la violence et de la délinquance, et pour cela, nous travaillons sur trois axes prioritaires: renforcer les processus de planification et d’évaluation des Politiques Publiques de prévention sur ces questions, ce qui conduira à renforcer les synergies de l’État aux niveaux central et local, des organisations de la société civile et du monde académique; soutenir l’échange des meilleures pratiques et la formation technique sur le lieu de travail. Cette formation est menée à travers des alliances avec des entités prestigieuses dans les domaines des arts, du sport, de la formation et du soutien aux professionnels de l’éducation, de la prévention du radicalisme extrémiste et des discours discriminatoires, de l’accompagnement des jeunes issus des quartiers populaires dans leur recherche d’emploi dans le secteur formel de l’économie et, enfin, dans le secteur de la justice des mineurs.

Un troisième domaine concerne l’application de la justice et son suivi ultérieur. Dans ce secteur, Ideaborn met l’accent sur la phase de renforcement des mécanismes formels – tribunaux – et alternatifs – médiation -, dans le but de garantir la procédure appropriée et l’égalité des chances pour toutes les parties. Dans la même phase,Ideaborn soutient les processus de contrôle ultérieurs pendant la peine de privation de liberté et les peines alternatives de substitution à l’emprisonnement. Enfin, Ideaborn renforce les processus de réinsertion sociale des ex-combattants.

Toutes les questions relatives à l’Etat de Droit mentionnées jusqu’ici, nous pouvons les soutenir et étayer par des études dans les pays développés et en développement.

Il convient toutefois de noter que la justice formelle et non formelle dans certains pays en voie de développement renvoie à des connotations de dualisme juridique, en ce sens qu’il s’agit de la coexistence de la justice traditionnelle et ancestrale avec la justice moderne. Dans ces cas, nous appuyons la transition de la justice traditionnelle aux systèmes de médiation et nous renforçons les voies de surveillance et de transmission au système formel pour les questions qui exigent un niveau élevé de garanties procédurales et d’application de la loi.

Des peintures de la ville de Sienne par Ambrogio Lorenzetti au début du XIVe siècle jusqu’au concept de Démocratie Locale développé par le maire Pascual Maragall dans la ville de Barcelone à la fin du XXe siècle, plus de 600 ans sont passés avec une préoccupation commune : la bonne gouvernance.

Dans notre travail, nous nous approprions le concept de « Démocratie Locale » pour promouvoir le principe de subsidiarité et pour soutenir la participation de la société civile dans les processus de planification et de suivi de Politiques Publiques Participatives au niveau local. Dans ce contexte, nous soulignons que la démocratie ne consiste pas seulement à organiser des élections de temps à autre, mais aussi à renforcer les systèmes de participation des citoyens et un véritable équilibre entre les pouvoirs législatif, exécutif et judiciaire.

Mais, même avec la division des pouvoirs, il ne peut y avoir de bonne gouvernance là où règne la corruption. C’est pourquoi nous soutenons également la mise en œuvre et l’évaluation des Politiques Publiques qui facilitent la transparence dans la gestion de l’offre de services publics et la prévention de la corruption.

Dans le même ordre d’idées, on ne peut pas dire qu’il y ait de bonne gouvernance lorsque les populations les plus défavorisées n’ont pas accès au financement de projets productifs qu’elles souhaitent réaliser à un prix qui les rende possibles et viables. En d’autres termes, à Ideaborn nous considérons que la lutte pour l’équité et l’égalité des chances passe nécessairement par la facilitation de l’accès au capital pour les populations vulnérables, en particulier dans les zones rurales. Dans ce domaine, nous travaillons à créer des synergies entre les Politiques Publiques de Développement Rural et les programmes et institutions qui favorisent l’accès au crédit légal et formel, en particulier ceux qui composent le secteur financier.

Nous travaillons sur la Bonne Gouvernance principalement dans les pays sortant d’un conflit armé, où la faiblesse de l’Etat favorise la corruption et où les rapports de force établis par la force des armes risquent de se maintenir pendant la période de construction de la paix, au détriment de la non-discrimination pour quelque raison que ce soit, y compris l’idéologie ou la religion.

L’intervention dans les zones post-conflit implique toujours un travail important de renforcement institutionnel, en particulier pour assurer des synergies et des liens ultérieurs entre les programmes de soins d’urgence destinés aux personnes déplacées, aux réfugiés et aux autres victimes, et les programmes de soutien aux autres groupes de population vulnérables. Une fois résolues les causes qui ont conduit à la vulnérabilité, celle-ci doit disparaître et toute politique d’aide doit être capable de s’auto-évalueren ce qui concerne son efficacité ou son inefficacité à sortir ses usagers de la situation de vulnérabilité.